Jacques Darriulat

 

ESSAIS

 

 

 

Accueil

Introduction à la philosophie esthétique


     

 

 

 

LA PEINTURE HOLLANDAISE AU SIECLE D'OR

1-Le paysage

2- Le portrait

3- La nature morte

4- L'intérieur

5- Rembrandt

6- Vermeer

LES FANTOMES DE L'OPERA

ON DEVRAIT DIRE...

QU'EST-CE QUE LE NEOREALISME ?

LA STAR, LA VIVANTE ET LE SANS POURQUOI

ESTHETIQUE DU PARADIS TERRESTRE (1)

LE REALISME SELON CEZANNE

NOTE SUR WITTGENSTEIN

ENTRETIEN

CEZANNE ET LA FORCE DES CHOSES

MANTEGNA : ANCIENS ET MODERNES

LE TABLEAU ET LE MIROIR

LE JARDIN A LA FRANCAISE

REMBRANDT, BETHSABEE

PHILOSOPHIE ET RHETORIQUE

LES RELIGIONS DU LIVRE

DU CARACTERE A LA CARICATURE

QUELLE VANITE QUE LA PEINTURE...

LES GROTESQUES

LE ROSSIGNOL ET LA DIVA

LA STATUE AMOUREUSE

L'INTERPRETATION DE L'OEUVRE D'ART

DE L'IDEE DU BEAU A L'ESTHETIQUE

CARAVAGE ET L'OPERA

 

 


PEINTURE HOLLANDAISE AU SIECLE D'OR

            On trouvera dans ce dossier une introduction générale à la peinture hollandaise au XVIIe siècle, composée de six chapitres. Ces textes sont issus de conférences présentées dans le cadre des Mardis de la Philo. Pour lire l'un d'entre eux, il suffit de cliquer sur le titre correspondant dans la marge à gauche. Ce cycle avait été à l'origine annoncé dans les termes suivants :

            Au XVIIe siècle, les Provinces Unies s’affranchissent définitivement du joug espagnol. La foi  catholique – celle des occupants – est minoritaire, et la religion de Calvin dominante. L’art de la peinture connaît alors un véritable âge d’or. Pourtant, le Réformateur ne fut-il pas l’ennemi le plus radical du culte des images que l’on célèbre à Rome ? Le paradoxe ne serait-il qu’apparent ?

La terre et les hommes
La terre plate, conquise sur la mer, ouvre le paysage à l’immensité et accorde au ciel, lourd de nuages, la plus grande partie du tableau.
Le portrait
Simples bourgeois, fiers de leur peuple… En apparence du moins : sous le masque de la bonhommie, le peintre sait voir la misère qui fait la grandeur de notre condition.
La nature morte
Vanité de la peinture et peinture de vanité : on n’a jamais mis en scène, avec autant de magnificence, le théâtre fallacieux du visible.
L’intérieur
Une mère pèle une pomme pour son enfant. Il ne se passe rien, sinon le temps qui passe, ou nous qui passons dans le Temps.
Rembrandt
L’homme est une braise, un tison à sa naissance, une flamme qui se lève ou vacille le long du chemin, grésille enfin puis se dissipe dans les ténèbres.
Vermeer
Une jeune fille rêve à la fenêtre et reçoit la lumière qui inonde l’intérieur. Le Temps, arrêté, ouvre une brèche sur l’éternité. Ce monde est parfait.

******

Bibliographie indicative

Aillaud (Gilles), Blankert (Albert) et Montias (John Michael), Vermeer, Hazan, 2004 [1987].
Alpers (Svetlana), L’Art de dépeindre. La peinture hollandaise au XVIIe siècle, Gallimard, 1990.
Arasse (Daniel), L’Ambition de Vermeer, Adam Biro, 2001 [1993].
Assemissen (Hermann Ulrich), Vermeer, L’Atelier du peintre ou l’image d’un métier, Adam Biro, « 1/1 », 1989 [1988].
Bazin (Germain), « La notion d’intérieur dans l’art néerlandais », Gazette des Beaux-Arts, 6e série, n° 39, 1952, p. 5-26.
Bevers (Holm), Schatborn (Peter) et Welzel (Barbara), Rembrandt : the Master and his Workshop. Drawings and Etchings, Presses de l'université de Yale, New Haven et Londres, 1991 (catalogue de l'exposition qui eut lieu à Berlin et à Londres en 1991 et 1992)
Blankert (Albert), Broos (Ben), Wheelock (Arthur K. Jr), Wadum (Jorgen), Johannes Vermeer, exposition au Mauritshuis de La Haye, 1er mars-2 juin 1996, Flammarion, 1995.
Blum (André), Vermeer et Thoré-Bürger, édition du Mont-Blanc, Genève, 1946.
Brenninkmeyer-de Rooij (Beatrijs), Broos (Ben), Hoetink (Hans) et Lacambre (Jean), De Rembrandt à Vermeer. Les peintres hollandais au Mauritshuis de La Haye, Edition de la Fondation, La Haye, 1986.
Brière-Misme (Clotilde), « Un intimiste hollandais : Jacob Vrel », Revue de l'Art Ancien et Moderne, n° 68, 1935, p. 97-114, et p. 157-172.
Brook (Timothy), Le Chapeau de Vermeer. Le XVIIe siècle à l’aube de la mondialisation, « Petite Bibliothèque Payot », 2012 [2008].
Brown (Christopher), Kelch (Jan) et Van Thiel (Pieter), Rembrandt : the Master and his Workshop. Paintings, Presses de l'université de Yale, New Haven et Londres, 1991 (catalogue de l'exposition qui eut lieu à Berlin et à Londres en 1991 et 1992)
Christin (Olivier), Une révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Minuit, 1991.
Claudel (Paul), Introduction à la peinture hollandaise, in Œuvres en prose, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, 1965, p. 167-211.
Derrida (Jacques), Mémoires d'aveugle. L'autoportrait et autres ruines, RMN, 1991.
Didi-Huberman (Georges), « L’Art de ne pas décrire. Une aporie du détail chez Vermeer », La Part de l’œil, II, 1986, p. 113 sq.
Didi-Huberman (Georges), Devant l'image. Question posée aux fins d'une histoire de l'art, Minuit, 1990 (« Peindre ou dépeindre », p. 281-306).
Fromentin (Eugène), Les Maîtres d'autrrefois. Belgique-Hollande, Le LIvre de Poche, 1965.
Gowing (Lawrence), Vermeer, University Press of Glasgow, Londres, 1952.
Hegel (Friedrich), Esthétique, vol. III, trad. S. Jankélévitch, Flammarion, « Champ philosophique  », 1979 (ou trad. Charles Bénard, tome II, Le Livre de poche, 1997).
Kemp (Martin), The Science of Art. Optical themes in western art from Brunelleschi to Seurat, Yale University Press, New Haven et Londres, 1990.
Kerstern (Michiel C.C.), Lokin (Danïelle H.A.C.), avec la collaboration de Plomp (Michiel C.), Les Maîtres de Delft contemporains de Vermeer. Un autre regard sur l’espace, la lumière, la perspective, Flammarion, 1996.
Leymarie (Jean), La peinture hollandaise, Skira, Genève, 1956.
Liedtke (Walter), avec le concours de Plomp (Michiel C.) et Rüger (Axel), Vermeer and the Delft School, New Haven et Londres, 2001 (catalogue de l’exposition qui a eu lieu au Metropolitan Museum de New York de mars à mai 2001, et à la National Gallery de Londres de juin à septembre 2001).
Millner Kahr (Madlyn), La Peinture hollandaise au Siècle d'or, Le Livre de Poche, 1998
Montias (John Michael), Vermeer, une biographie. Le peintre et son milieu, trad. Daniel Arasse, Adam Biro, 1990.
Ripa (Cesare), Iconologie, où les principales choses qui peuvent tomber dans la pensée touchant les Vices et les Vertus sont représentées sous diverses figures, gravées en cuivre par Jacques de Brie, et moralement expliquées par J. Baudouin, Paris, 1643.
Schama (Simon), L’Embarras des richesses. La culture hollandaise au Siècle d’Or, trad. P.-E. Dauzat, Gallimard, 1991.
Schama (Simon), Les Yeux de Rembrandt, traduit de l’anglais par André Zavriew, Seuil, 2003.
Sterling (Charles), La Nature morte de l'antiquité au XXe siècle, Macula, 1985.
Tapié (Alain ; sous la directon de), Dautel (Jean-Marie) et Rouillard (Philippe), Les Vanités dans le peinture au XVIIe siècle. Méditations sur la richesse, le dénuement et la rédemption, Caen, Musée des Beaux-arts, 1990.
Todorov (Tzvetan), Eloge du quotidien. Essai sur la peinture hollandaise du XVIIe siècle, Seuil, « Essais », 1997 (Adam Biro, 1993).
Valéry (Paul), Le Retour de Hollande, in Œuvres, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, 1968, tome I, p. 844-854.
Van Hoogstraten (Samuel), Introduction à la haute école de l’art de peinture, traduction, commentaires et index par Jan Blanc, Droz, Genève, 2006.

Van Mander (Karel), Le livre de peinture, présentation par Robert Genaille, Hermann, 1965.


Pour accéder au premier chapitre – « Le paysage » – cliquer ICI